Essayer de ne garder en tête que le positif …

Comme la vie n’a jamais était un long fleuve tranquille en ce qui nous concerne et bien évidemment cela continue.

Aujourd’hui, nous avions rendez-vous pour la consultation officielle du 3ème mois.

Et oui, me voilà à 12 semaines + 1 de grossesse. Mon bidon s’arrondit sous le nombril ; les pantalons de grossesse (merci Sabrina !!) ainsi que les culottes adéquates sont de sorties. Je suis rendue aux toilettes toutes les deux minimum de jour comme de nuit. En revanche, les nausées diminuent tout doucement.

A 14H, nous entrons confiant dans le cabinet de notre gynécologue. Après les questions d’usages sur d’éventuelles douleurs et de possibles saignement que je n’ai absolument pas, vient le moment de l’échographie tant attendue.

Bébé 1 est en pleine forme ; il gigote et nous montre mains et pieds pour notre plus grand bonheur. Nous entendons avec émotions les battements de son petit cœur. Et le gynécologue nous rassure quand à la clarté nucale (Trop épaisse elle serait le signe d’une trisomie).

Puis nous passons à Bébé 2. Il n’est pas le plus facilement visible car en bas et derrière les deux autres. Mais immédiatement, nous nous rendons compte qu’il y a un problème. Sa petite tête n’est pas fermée et laisse sortir une partie de son cerveau. Dans la minute qui suit, après vérification sous tous les angles, le couperet tombe : Bébé 2 n’est pas viable. Pourtant son petit cœur bat la chamade. Il continuera peut-être de se développer mais il mourra au plus tard à la naissance.

Faut-il le garder et devoir supporter sa mort au cours de la grossesse ou à la naissance ?

Faut-il faire une interruption sélective de grossesse avec les risques que cela comporte pour les deux autres ?

Le garder présente un risque pour Bébé 1 et Bébé 3. Mais intervenir présente moins de risque selon le gynécologue.

A cet instant, mon monde s’écroule. Dans ma tête, je me suis projetée avec mes trois loulous. Je m’y suis attachée. Je leur parle déjà chaque jour.

Quand le gynécologue passe enfin à Bébé 3, j’ai l’estomac noué, les larmes aux yeux et je m’accroche à la main de mon homme.

Heureusement Bébé 3 va très bien ; toutes les mesures sont prises et sont rassurantes.

Il faut ensuite écouter toutes les explications du gynécologue ; une consultation au centre hospitalier auprès d’un spécialiste est prise pour le lendemain matin. Au vu des explications par téléphone le spécialiste évoque même une possible prise en charge sur l’hôpital Necker à Paris. Le coté urgent de la situation ne nous échappe pas.

Prise en charge psychologique et prochain rendez-vous avec notre gynécologue sont évoqués, accompagné de ma prolongation d’arrêt de travail. Et il faut partir. La consultation a duré plus d’une heure mais elle m’a semblé tellement courte. Je suis dévastée.

Maintenant il faut attendre demain.

3 réflexions sur “Essayer de ne garder en tête que le positif …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s